HAUT

Les cygnes tuberculés du Bois Français

(Saint-Ismier - 38 Isère)

Une famille cygnes "2019" qui sort de l'ordinaire ! :-)

.

 

N'ayons pas peur de l'avouer : contrairement à ce que pourrait laisser croire la photo ci-dessus, la vie quotidienne d'une famille de cygnes, au Bois Français (BF) est plutôt à l'image de celle de la plupart des êtres vivants (mammifères humains compris ! :) peuplant notre chère planète Terre, à savoir : routinière ! :-)

A part se toiletter, manger, dormir, éduquer leurs petits, défendre leur territoire, esquisser quelques pas de danse . et supporter plus ou moins régulièrement les assauts répétés de quelques paparazzis divers et variés (dont je suis ! :) : les journées se suivent et se ressemblent grandement pour "nos" cygnes sauvage du BF.

On peut même dire d'eux qu'ils sont routiniers sur leurs cycles annuels, puisqu'à l'image de la majorité des humains dits "modernes et civilisés", ils mènent leur vie quotidienne en un lieu précis (en l'occurrence, le BF) durant plusieurs mois, avant d'aller prendre quelques "vacances" bien méritées dans un lieu de villégiature. Le seul petit "détail" différant des mammifères humains, c'est que "nos" cygnes du BF, profitent de leurs "vacances" hivernales pour aller "larguer" leur progéniture de l'année, ailleurs dans la nature, avant de revenir au BF, seuls, en couple, pour fonder une nouvelle famille ! :-)

Ce qui signifie que , normalement :

- "notre" couple de cygne arrive (revient) au BF fin de l'hiver, début du printemps
- qu'ils se font la cour comme au premier jour, avant de "conclure" .
- qu'ils (re)construisent un nid pour accueillir leur future progéniture
- qu'ils élèvent, protègent, éduquent leurs petits durant 5 mois
- et qu'ils (re)partent avec eux sur leur lieu de villégiature au début de l'automne où ils séjourneront avec d'autres familles de cygnes, durant plus ou moins 4 mois, avant d'y laisser leurs juvéniles de l'année, pour retourner au BF "en solo" : bouclant ainsi la boucle d'un "cycle" annuel.

Ca, c'est normalement !

Sauf que la famille "2019" aura "décidé" de nous offrir un certain nombre de surprises et rebondissements qui auront largement contrarié la "normalité" habituelle ! :-)

Pour commencer, les petits "2019" seront arrivés un mois plus tôt que l'année précédente, puisqu'ils seront nés les 25, 26 et 27 avril (contre fin mai en 2018).

Cygneau au Bois Français

 

Tout de suite, une chose m'aura marquée à leur sujet : c'est leur "vitalité" et leur "dynamisme" !

Je mets les termes entre guillemets parce qu'en fait, ça allait bien au-delà de ça et que je n'ai pas su trouver le terme exact pour qualifier leur comportement qui était clairement différent de la nichée 2018. Ils ont eu d'emblée un "petit quelque chose" de "hors norme" difficilement qualifiable, mais pourtant bien présent et que je n'aurai pas été la seule à remarquer, d'ailleurs. Après on peut aussi voir les choses sous un autre angle, en considérant que c'était peut-être la nichée 2018 qui était moins "dynamique". Tout étant relatif en ce Monde :-)

Toujours est-il que certain-e-s des petits 2019 étaient même d'une audace assez surprenante, à l'image (si je puis dire, puisqu'on ne le voit pas sur la photo ! :) de ce "poussin" d'à peine 4 jours qui n'hésitait pas à vouloir plonger, pour jouer les "sous marins", alors qu'avec son poids "plume" cela relevait d'un sérieux défi, que de pouvoir trouver la force nécessaire pour "s'enfoncer" sous l'eau ! Pourtant, il y parvenait parfaitement !!

Notez au passage le "stoïcisme" de son petit frère ou de sa petite soeur face à ses "exploits" aquatiques ! .

Cygneau au Bois Français

 

Autre point qui est devenu assez rapidement une évidence : les "poussins" 2019 étaient plus "costauds", morphologiquement, que ceux de 2018 ! Ce qui s'est d'ailleurs confirmé à l'âge adulte, puisqu'au moins 3 des jeunes sont devenus aussi grands, voire même plus, que leur mère. Peut-être s'agissait-il de mâles.

Mais ce n'est pas tout ! Je les ai également trouvés beaucoup plus doués pour le vol !

Dés leurs premiers essais, ils ont su faire preuve d'une aisance assez incroyable ! Se permettant, par exemple, de faire des "virages", voire des "boucles" horizontales, juste au ras de l'eau de leur lac, au lieu de simples lignes droites d'un bout à l'autre de ce dernier.

Par ailleurs, certains petits se sont très rapidement permis quelques "fantaisies" --- assez peu au goût de leurs parents, d'ailleurs et a priori vu la façon dont ces derniers "râlaient" . --- en se permettant de s'éloigner seuls de quelques battements d'ailes autour du BF !

Toutefois, et jusque là, "notre" famille cygne 2019 était encore et malgré tout dans un quotidien à peu près classique.

 

Là où les choses ont commencé à véritablement changer et nous offrir des scénarios un peu différents des autres années, c'est lorsqu'un des 5 "petits" toujours en vie (le 6ème ayant malheureusement disparu assez tôt) s'est retrouvé blessé à cause d'un hameçon, début septembre !

Récupéré, grâce à l'efficacité des pompiers de la brigade animalière (MERCI à eux ! :-) le cygneau a été confié aux bons soins du Tichodrome (prononcé "tiCOdrome") qui aura pris soin de lui pendant plus de 15 jours avant de venir le relâcher au BF.

"Notre" cygneau en soin au Tichodrome (Crédit photo : le Tichodrome)

Cygneau blessé en soin au Tichodrome (Isère)

L'hameçon avec lequel le cygneau se sera blessé... (Crédit photo : le Tichodrome)

Cygneau blessé en soin au Tichodrome (Isère)

 

Mais avant d'aller plus loin dans mon récit, juste deux précisions.

1) bien que cela soit quelque peu discutable, déontologiquement parlant, de donner un nom à des animaux sauvages : j'ai, pour des raisons pratiques, fini par nommer le cygneau blessé Tico (en hommage à ces soigneurs ! :-)

2) si "notre" couple de cygnes fonde et élève chaque année sa famille sur le lac Belledonne, il faut savoir que dés que les petits apprennent à voler, il devient alors courant que la famille "saute" du lac Belledonne au lac Taillefer (celui réservé à la baignade durant l'été). Et vous allez voir que cette précision à toute son importance.

En effet, le hasard faisant parfois très bien les choses malgré les apparences, il se trouve qu'au moment de relâcher Tico dans son milieu naturel du BF, sa famille se trouvait être sur le lac Taillefer. C'est donc sur ce dernier que l'équipe du Tichodrome l'aura remis en liberté et ce malgré une incertitude de taille : ne pas savoir s'il serait apte à pouvoir voler un jour, car l'hameçon dans lequel il s'était pris, avait gravement endommagé l'un des tendons de son aile gauche.

Toutefois, le Tichodrome ayant fait le maximum de soins qu'il leur était possible de faire, il était préférable alors de relâcher Tico dans la nature afin de lui donner un maximum de chances de réintégrer sa famille et sa vie sauvage de liberté, pendant qu'il poursuivait sa convalescence.

Sauf que les choses auront fort mal commencé pour lui au moment de son relâcher puisque, contre toute attente, sa famille l'aura rejeté assez rapidement. Il faut croire que malgré tous les soins pris par l'équipe du Tichodrome pour éviter toute "imprégnation" des animaux sauvages recueillis, cela n'aura pas suffi. En soi, ce n'est pas forcément aberrant puisque même sans imprégnation humaine, les seules odeurs des médicaments, par exemple, auront pu suffire à faire de Tico un étranger aux yeux de sa famille.

Du coup, le pauvre Tico s'est très vite retrouvé à devoir faire des allers-retours entre l'eau du lac et la "plage" de galets afin d'échapper à la vindicte de sa famille qui, considérant le lac Taillefer comme faisant partie de son territoire, le défendait tout naturellement contre ce "nouvel" intrus !

Et voici "notre" Tico lors d'une de ses innombrables "retraite" forcée sur la plage du lac Taillefer !

Cygneau blessé rejeté par sa famille

 

Si je reconnais que cela faisait de la peine, à bien des habitués, de le voir ainsi rejeté, une chose me réconfortait grandement malgré tout : plus les jours passaient et plus Tico semblait à son aise ! Il trouvait le moyen de bien s'alimenter (dés que sa famille repassait sur le lac Belledonne, il en profitait pour manger), de parvenir à boire régulièrement même quand sa famille "montait la garde" vis à vis de lui sur le lac Taillefer et il prenait régulièrement soin de faire sa toilette !

Tous ces signes étaient particulièrement réconfortants et de bons indicateurs quant au fait que le Tichodrome avait fait du bon travail ! Car il faut savoir qu'à son arrivée au refuge, son état était suffisamment critique pour que l'équipe n'ait pas été sûre de pouvoir lui sauver la vie. Donc chaque jour qui passait --- suite à son relâcher et qui nous (les habitués du BF) permettait de voir que Tico se portait bien --- était une super nouvelle pour tout le monde ! :-)

La preuve en image, de l'ingéniosité de Tico ! :-)

Tico planqué

 

Et toujours Tico en pleine toilette, en mode tranquillou sur l'un des bords du lac :-)

Tico en pleine toilette

 

Par ailleurs, même s'il était rejeté par sa famille, il l'était dans les conditions les plus optimales pour lui, puisque le lac Taillefer lui procurait TOUT ce dont il pouvait avoir le plus besoin pour poursuivre sa convalescence dans la nature ! A savoir :

- un lieu protégé au maximum des prédateurs (le lac Taillefer étant entièrement clos, les risques étaient faibles que Tico se voit  mis en danger)
- de quoi manger et boire à profusion
- un lac encore suffisamment en eau pour s'entrainer au vol
- sa famille toujours à proximité pour lui servir d'exemple, même à distance
- et plusieurs employés basés sur le domaine du lac Taillefer --- travaillant à l'année à l'entretien quotidien du BF, entre autres --- qui étaient là pour veiller sur lui, jour après jour, en plus des habitué-e-s se promenant régulièrement.

Bref, Tico avait tout pour se rétablir dans les meilleures conditions possibles ! :-)

En revanche, impossible de savoir comment le tendon de son aile évoluait et comment Tico se débrouillerait pour apprendre à voler seul, sans les apprentissages de ses parents, même si l'instinct joue sans doute une grande part dans cette fonction naturelle pour un oiseau.

Le suspens quant à son avenir, était donc entier !

 

Et puis, comme chaque année au début de l'automne (le 10 octobre pour l'année 2019) la famille cygne a pris son envol pour quitter le BF et partir sur son lieu d'hivernage que l'on suppose être tout simplement au niveau du barrage de Saint-Egrève sur l'Isère, bien que ce ne soit qu'une hypothèse.

Tico s'est alors retrouvé tout seul sur le lac Taillefer, en mode "je suis le roi du Monde" comme Léonardo DiCaprio dans Titanic ! . En tout cas, c'est le sentiment qu'il renvoyait lorsque je l'observais nageant, avec prestance, en long en large et en travers, sur toute l'étendue du lac ! :-)

Tico sur le lac Taillefer

 

Sauf que contre toute attente, 6 jours plus tard sa famille était de retour !! J'ai pensé alors qu'il pouvait s'agir d'un "faux départ", mais l'avenir m'aura démontré que sa famille n'avait nullement l'intention de repartir !

Difficile d'expliquer ce retour et surtout cette décision de rester sur leur lac Belledonne durant tout l'hiver, sinon par des hypothèses.

La première, pourrait venir du lieu d'hivernage.

Chaque année un grand rassemblement de cygnes a lieu au niveau du barrage hydraulique de Saint-Egrève. Raison pour laquelle on suppose que "notre" couple de cygnes s'installe là-bas durant l'hiver, le temps que leurs petits de l'année se familiarisent avec d'autres juvéniles, auprès desquels ils resteront une fois leurs parents repartis au BF au printemps. J'ai déjà expliqué tout cela sur une autre page, je n'y reviens donc pas ici.

Le problème, avec ce lieu d'hivernage, c'est qu'en 2019 un engin de type "grande barge de curage" a été installé à proximité et des habitués du lieu m'ont fait part du fait qu'il y avait moitié moins de cygnes que les années précédentes. On peut donc supposer que pour diverses raisons, "nos" cygnes (comme plusieurs autres) auront été suffisamment dérangés par cet engin de chantier, pour décider de se chercher un autre lieu d'hivernage ! Et que par conséquent, tout naturellement, "nos" cygnes seront revenus au BF dans l'espoir de pouvoir y passer l'hiver.

La deuxième hypothèse, qui du reste n'empêche pas la première, c'est que "notre" couple de cygnes n'ait pas voulu prendre le risque de voir son territoire devenir celui de Tico !

Bien que ce dernier ne sera pas mature sexuellement avant au moins 3 ans --- et donc qu'il ne pourra fonder de famille --- on peut imaginer que l'idée d'avoir laissé un "étranger" (à leurs yeux !) sur leur territoire, aura pu faire revenir la famille ! L'idée première était peut-être juste de vérifier si l'étranger était toujours présent ou non, mais du fait que Tico ne pouvait pas voler et qu'il était donc toujours bel et bien là, cela aura peut-être incité sa famille à se réinstaller sur leurs lacs de prédilection.

Bien que ce ne soit là que des hypothèses, dans tous les cas la semaine de "règne" de "Léonardo" Tico :) aura pris fin dès le retour de sa famille qui, aussitôt réinstallée au BF, aura repris sa vindicte de plus belle !

Pour autant cela n'aura pas semblé déprimer le jeune Tico qui, bien loin de se morfondre seul dans son coin de plage, aura continué à mener sa petite "routine" quotidienne ! Et chose incroyable mais pourtant bien réelle puisque constatée par différents habitués, dont moi même : Tico se sera même mis à faire des exercices "d'étirements" avec son aile blessée !!

Tico en pleine auto-rééducation !

Tico en mode rééducation

 

Les personnes les plus observatrices pourraient me faire remarquer qu'il est courant de voir les cygnes étirer leurs longues ailes plusieurs fois par jour. C'est vrai ! :-) Sauf que ces étirements ne se font qu'une seule fois à différents moments de la journée et généralement pour chacune des deux ailes.

Dans le cas de Tico, on a pu l'observer, comme sur la photo ci-dessus, faire des étirements répétés, durant plusieurs minutes, de sa seule aile blessée ! Il faisait donc clairement une auto rééducation de son aile ! C'était bluffant ! .

Et bien lui en aura pris, puisque finalement, à la grande joie des habitués du BF qui suivaient son cas de prés : Tico aura réussi à (apprendre à) voler !! :-)

Et comme la Vie fait parfois, vraiment bien les choses, Tico aura même fini par voir atterrir sur son lac, une (a priori, c'était plutôt une morphologie de femelle) jeune cygne venue d'ailleurs ! Bien évidemment, celle-ci ne fut pas mieux accueillie par la famille de Tico, qu'il ne l'aura été lui-même après son relâcher, mais cela ne l'aura pas empêchée de persévérer à rester dans le secteur du BF !

Tant et si bien qu'à force de se côtoyer, ces deux là ont fini par "sympathiser" et, après avoir passé quelques temps, plus au calme, sur le lac de la Bâtie de l'ENS (Espace Naturel Sensible) : ils ont fini par quitter le BF, sans doute ensemble, puisque les deux ont disparu en même temps, pour aller vivre leur vie de liberté de jeunes cygnes ! :-)

Impossible de savoir --- comme le souhaiteraient certaines âmes romantiques :) --- s'ils formeront un couple un jour, vu que l'on ignore si Tico était un mâle ou une femelle ! mais au moins ces deux là semblaient s'être bien trouvés pour poursuivre leurs vies de cygnes ensemble, au moins durant quelques temps.

Ci-dessous la cygne devenue compagne de route de Tico :-)

Cygne en vol

 

Pour autant, le départ de Tico n'aura rien changé au "choix" de la famille 2019 d'être revenue réintégrer son lac "d'été" alors que l'hiver s'installait. Et cela aura été d'autant plus vrai, qu'il n'est pas rare durant l'hiver de voir des cygnes "de passage" se poser au Bois Français ; ce qui, bien évidemment, ne peut que déplaire au plus haut point à "notre" mâle cygne et ne peut donc qu'ajouter à son choix de rester sur place afin de défendre son territoire !

La preuve en image, puisque le voici en train de poursuivre l'un des "intrus" (ils étaient 4 ce jour là !) ayant osé venir poser une patte sur SON lac du Taillefer !

Et pour que les choses soient bien claires : il aura réussi à chasser les 3 autres cygnes, tous adultes, en à peine quelques coups d'ailes et "parades" d'intimidation !

A bons entendeurs ! .

Cygne mâle faisant sa loi

 

Du coup, avec la présence inattendue de la famille "2019", sur son lac durant l'hiver, les habitué-e-s ont eu la grande joie de profiter d'une chose assez rare, voire exceptionnelle au BF : pouvoir observer évoluer les "petits" désormais qualifiables de juvéniles qui --- s'ils n'ont guère changer morphologiquement depuis leur 5ème mois -- auront en revanche changé petit à petit de couleur de plumage, ainsi que de comportements.

De plus en plus "indépendants" des parents --- bien qu'ils soient autonomes dés qu'ils savent voler vers leur 5ème mois --- on peut les voir s'éloigner d'eux (ou vice versa) sans qu'ils n'éprouvent plus les craintes de leurs premiers mois d'existence. Ils n'hésitent plus, non plus, à "monter au front" lorsqu'un danger potentiel se présente devant la famille ! Par ailleurs, quelques coups de bec "bien envoyés" commencent également à s'échanger entre juvéniles, histoire de "s'affirmer" dans certaines situations. Bref, les "petits" sont définitivement devenus grands ! :-)

D'où qu'il se pose désormais une question cruciale qui tient tous les habitués en haleine : QUAND et COMMENT les parents vont-ils se débarrasser de leur progéniture, afin de pouvoir mettre en route la famille 2020 ?! That is the question ! (en VF : c'est la question !) .

Car je le redis ici, pour celles et ceux qui n'auraient pas encore lu l'intégralité de ce site --- ce qui ne manquerait pas de me vexer au plus haut point, Vous imaginez bien... . . --- chez les cygnes, pas de Tanguy !! (cf le film du même nom :) Par conséquent, de gré ou de force, les juvéniles 2019 devront quitter le BF au plus tard avant la naissance des petits "2020", voire même bien avant, normalement !

Donc trois options principales pour leurs parents :

1) soit les chasser à grands coups de pattes dans le derrière pour qu'ils aillent se trouver un groupe de juvéniles avec lesquels vivre "l'auberge espagnole" durant 2 ou 3 ans

2) soit les emmener dans un coin où séjourneront déjà d'autres juvéniles et où les parents pourront les "abandonner" en mode "Petit Poucet" !

3) soit voir leurs "petits" partir de leur propre initiative ! :-)

Alors oui, je sais, certaines âmes sensibles seront déjà prêtes à me sauter dessus par courrier ou lors d'une de mes sorties au BF pour me dire à quel point la Vie et la Nature sont cruelles et sans pitié ! . Sauf qu'il ne s'agit là que d'une vision/projection purement humaine de nos sentiments qui ne tient absolument pas compte du fait que tout cela est tout à fait normal dans le cycle de vie d'un cygne ! Et que, soit dit entre nous, se retrouver avec plein de jeunes copains du même âge pour mener sa vie sans aucun parent sur le dos : ce n'est peut-être pas forcément le pire qu'il puisse arriver à "nos" jeunes cygnes "2019" ! :-)

Quoi qu'il en soit, et pour l'heure (début février 2020) toute la famille est encore présente au BF, donc profitons-en !

Et la suite, au prochain épisode ! :-)

 

(Ajout début mars 2020)

Eh bien voilà, le prochain épisode est finalement arrivé début mars 2020 où, sauf rebondissement de dernière minute, les "petits" 2019 devenus des juvéniles d'un peu plus de 10 mois, ont finalement quitté leurs parents et lac de naissance.

Ils sont partis soit le mercredi 4 mars en fin de  journée, soit plus probablement le jeudi 5 dans la matinée.

Le "cycle" de la famille 2019 s'est donc achevé, après bien des rebondissements et le "cycle" de la famille 2020 a désormais débuté avec, pour commencer, la reconstruction du nid qui accueillera la prochaine nichée d'ici fin avril ou courant mai, en fonction du moment où débutera la date de ponte ainsi que la couvaison qui s'en suivra.

Pour finir, quelques photos de la famille 2019 :-)

 

Famille "2019" (6 à la naissance, nés les 25, 26 et 27 avril dont 5 qui seront parvenus à l'âge adulte)

Famille de cygnes au Bois Français

 

Cygneaux au décollage

Famille de cygnes au Bois Français

 

Cygneaux en vol

Famille de cygnes au Bois Français

 

Famille à l'envol

Famille de cygnes au Bois Français

 

Cygneau à l'atterrissage

Famille de cygnes au Bois Français

 

Haut de page

Copyright © C. BELMONTAGNE - Tous droits réservés
Toute reproduction partielle ou complète du site interdite